Le tatouage portait : un geste symbolique fort

Le tatouage est devenu à l’instar des autres formes d’art, une discipline ludique rassemblant de plus en plus d’adeptes et de visiteurs à travers la planète, si bien que tous les ans un festival d’envergure international est organisé appelé le Mondial du tatouage, l’évènement de référence dans le monde tatouage depuis 1999. L’édition de 2019 s’est tenue le mois de février dernier et a récompensé plusieurs artistes car en tout 25 trophées ont été attribués. Parmi les formes de tatouages les plus tendances du moment on retrouve le tatouage portrait.

Le tatouage portrait : la peau devient un tableau

Le tatouage a été longtemps une forme d’art assez controversée. D’une part, ce dessin marqué sur la peau de manière permanente et indélébile, servait autrefois à identifier un esclave, ou même un prisonnier, ce qui pouvait inspirer la réticence des autres membres de la société pour la personne qui le porte, souvent considérée comme potentiellement dangereuse. Mais d’autre part pour d’autres cultures tribales et civilisations, le tatouage fait partie d’un rituel allant même jusqu’à revêtir un caractère sacré. Mais à la fin du XXème siècle, le tatouage commence à se vulgariser, et les raisons pour lesquelles les personnes se font tatouer se multiplient autant que les différentes sortes de tatouage, parmi lesquelles on peut citer : le tatouage portrait. De manière générale, pour un artiste, faire un portrait est le moyen le plus classique de démontrer la teneur de son talent, car il s’agit de représenter le modèle de la manière la plus réaliste et ressemblante possible sur un support, ce qui rehausse d’un cran le niveau de difficulté pour l’artiste-tatoueur car le support du tatouage portrait est la peau du tatoué.

Le tatouage portrait : une gravure à sensations

Le tatouage est une marque sur la peau dont le sens passe de la finalité décorative au symbole d’appartenance à une tribu ou un groupe. Mais le tatouage portrait pourrait revêtir une acception particulière pour celui qui le porte, car en gravant le portrait d’un proche, ou d’une idole sur une partie du corps, et ce de manière immuable, le tatoué semble souligner une volonté d’entretenir et de raffermir un sentiment de lien présent entre lui et le portrait qu’il fait graver sur une surface de son être. Plusieurs artistes travaillent leurs portraits en substituant la peau pour le papier et l’encre pour le crayon, tandis que d’autres s’évertuent à diversifier encore plus l’originalité de cet art en se créant une spécialité, à l’exemple du tatouage portrait en ASCII. En effet, ce dernier style réalise ses dessins en utilisant uniquement les 95 caractères imprimables de la norme ASCII, et le résultat n’en est pas moins captivant ni fidèle que le simple tatouage portrait.

Le tatouage portrait : une histoire de précision et d’obligation de résultat

Pour la réalisation d’un tatouage portrait, l’artiste tatoueur doit faire preuve d’une grande finesse et tant la précision que la minutie, doivent être respectivement une aptitude et une qualité, qui lui sont indispensables pour l’obtention d’un tatouage d’allure photographique et presque aussi tangible que le modèle lui-même en grandeur nature. C’est la raison pour laquelle l’on pourrait dire que le tatouage portrait représente un bon challenge pour un artiste tatoueur, car il faudrait que le client lui-même ou encore les tiers, identifient trait pour trait le modèle choisi à travers l’image tatouée. Pourtant,de ce qui précède le tatouage portrait met en jeu la réputation du tatoueur et fait peser sur lui une certaine obligation de résultat, car en effet à la différence d’un portrait au crayon et sur papier, ce dernier ne dispose aucunement d’une seconde chance étant donné le caractère indélébile de son œuvre, il n’a donc pas droit à une quelconque erreur et doit garantir de son talent, la ressemblance entre le modèle choisi et son dessin.

Du tatouage noir et blanc au tatouage couleurs : quelle évolution pour quelles difficultés ?
Un bijou gravé à même la peau : le tatouage ornemental