Tatouage biomécanique ou organique : quelles différences ?

Très facile à reconnaître, le tatouage biomécanique s’est démocratisé depuis quelques années. Il est même entré parmi le tatouage tendance depuis les alentours des années 90 parallèlement à l’apparition des premiers films d’anticipation et de science-fiction. Dans le tatouage biomécanique, on distingue les motifs mécaniques de ceux organiques. Ce style pourrait être une bonne alternative pour ceux qui veulent tatouer pour la première fois, car ils offrent une large possibilité de créativité. Cependant, il s’avère convenable de connaître la différence entre ce deux styles qui n’est pourtant que de la même catégorie biomécanique.

Savoir distinguer le tatouage biomécanique du bio-organique

Le tatouage biomécanique et celles organique sont très proche l’un de l’autre que même les adeptes ne savent plus comment les distinguer. Bien que les deux consistent à procurer une certaine illusion aux tatouées que les motifs font partie du leur membrane ou de leur corps avec des composants étrangers d’origine mécanique ou d’origine organique, il en existe tout de même des différences. Pour un tatouage biomécanique, ou biomeca les éléments étrangers s’agit des pièces mécaniques comme des engrenages et des pistons. Inspiré de l’univers de l’univers de la science-fiction, ce style de tatouage donne une impression robotique et il est souvent présent dans la communauté cyberpunk. Quant au tatouage organique ou bio-organique, il est composé des éléments biologiques ou écologiques ou encore organique. Le plus souvent, ses motifs sont inspirés des végétaux et l’ensemble donne à la peau, des tissus similaires à celles d’un extraterrestre.

Zoom sur le tatouage biomécanique

Le mot biomécanique constitue le radical « Bio » qui fait référence à un être vivant et la nature, et la radicale « mécanique » qui désigne l’ensemble des éléments artificiels actifs. Quand on dit élément mécanique, on pense à un élément qui fonctionne grâce à de l’énergie, ou des simulations de divers types. Le tatouage biomécanique est alors un tatouage reproduisant des objets mécanique de sorte à ce qu’ils soient incorporés au corps afin de donner une fausse impression au encrés d’en faire partie. L’objectif est donc de transformer l’apparence humaine en une apparence fictive. Cela, car ce sont les films de science-fiction (Terminator, Robocop, Mad Max, etc.) qui représente la principale source d’inspiration des tatoueurs biomécanique. Un univers futuriste, aujourd’hui, le tatouage biomécanique séduit nombreux adeptes du tatouage. Ils le pratiquent le plus souvent sur les bras, l’avant-bras et les épaules pour des raisons esthétiques, mais surtout pour se transformer.

Détails sur le tatouage bio-organique

Le tatouage bio-organique est une famille du tatouage bio-mécanique seulement si les motifs du style dit biomécanique révèlent des objets mécaniques, celui-ci, comme son nom l’indique, montre des objets organique ou parfois végétatif. Le thème organique ressort, à l’origine, tout droit du monde extraterrestre qui sont des créature a part entière venue d’une autre planète, qu’on trouve dans nombreux films évoquant des univers futuristes comme la série Alien à partir de l’univers Hans Rudolf Giger ou Stars Wars, etc. Son objectif et aussi de transformer la partie du corps tatoué, mais au lieu de donner une apparence d’un robot, il se refaire plutôt à une membrane d’Alien. Avec le temps et le perfectionnement de technique et instrument utilisés par les tatoueurs, aujourd’hui les tatouages biomécaniques comme bio-organique tend de plus en plus immersif. En réalité, les tatouages classés dans le rayon de tatouage biomécanique sont une forme de tatouage à effet 3D grâce à des effets d’ombrages, de relief et de profondeur. Ainsi, il est un véritable trompe-l’œil et simulateur. Le tatouage mécanique permet souvent aux tatouées d’avoir l’air d’être un cyborg ou d’un hybride tandis que le style organique offre un effet visuel très étranges surtout quand la peau semble déchirée.

Du tatouage noir et blanc au tatouage couleurs : quelle évolution pour quelles difficultés ?
Le tatouage portait : un geste symbolique fort